Jade

L’anneau dans tes yeux sans couleur particulière
A un charme étrange, il est pour moi délétère,
Mon âme impure, perdue, ardente, sous mes paupières,
Dans l’ombre de mes cils, brûle ton regard de pierre.

J’interroge longtemps tes si ardentes prunelles.
Elles sont le néant, qui y as-tu enfermé ?
Elles sont tombeaux obscurs, labyrinthe éternelle,
L’infini de l’amante, un piège pour ma psyché.

Quel le monstre qui survit en toi ? dis le moi sans attendre…
Tout s’est éteint dans mes yeux sans vers, sans reflet,
Comme dans une lave de silence et de cendre…
Je ne sais même plus pleurer… pourtant tu me plais.

L’accablement est mon décor dans ton paysage,
Le froid mépris nous donne l’assurance des forts…
Mais j’ai vu dans tes yeux, que tu es tout sauf sage
Et tu inspires de lubriques pensées à mon corps.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s