Te souviens-tu ?

Te souviens-tu cet endroit de empli d’imaginaire
Ou l’on pouvait s’isoler, s’aimer et s’en satisfaire,
Loin du monde ordinaire, comme sur un éclat d’infini ?
Là-bas sens-tu encore venir les couleurs, si tu m’y suis ?
Pour les peindre; un bout d’éphémère !
Et juste nos peaux pour le faire.

Notre rencontre, au-delà du bien ou du mal,
Tellement autre, qu’elle échappa à l’ordre social,
Se déclinait l’infini saveur de la vie. Alors je te regarde.
Nos yeux d’astres éclairent ce monde…  je souris,
Et ce n’est qu’avec merveille, que l’on s’y attarde
Depuis l’aurore rose, jusqu’aux dernier bleu de la nuit,
Dans les chants que la nature entonne,
J’entends toujours ta voix de femme, je m’étonne.
Dans mes jours et mes nuits, je te vois belle et fière,
De plus en plus sûr, de pouvoir te satisfaire.
J’entends encore ton rire glorieux.. ainsi ira nos vies,
Emplie de voluptés, de douces et de musicales harmonies.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s